J6 à J10 (2 au 6 mai) : Mile 77,1 à 179


J6 (2 mai) : Mile 77,1 à 101,3

Préparation de ma nourriture pour les 6 prochains jours en autonomie . Ça fait pas mal de choses à porter !

Départ de Julian en auto-stop avec attente de 40 minutes donc arrivée sur le chemin tardif à 9h45.
Ça monte progressivement le long de la montagne puis rapidement on arrive sur des crêtes qui vont serpenter le long des reliefs de la montagne tout le long de la journée. C’est très agréable de rester à peu près à la même altitude et le chemin porte là bien son nom : chemin des crêtes. Petite pause de 20 minutes pour manger car il n’y a pas beaucoup d’ombre. Je pousse plus loin que prévu au mile 101,3 pour deux raisons : tout d’abord passer le mile 100, ça fait plaisir ! Et arriver à un campement où il y a de l’eau. Heureuse surprise il y a aussi un trail Magic qui nous attend avec des bières et du coca. Je valide par la même occasion mon record de Miles journalier avec 24 ce jour.


J7 (3 mai) : Mile 101,3 à 122

La marche ce jour débute par la traversée de longues plaines vallonnées composées de vastes champs d’herbe et de fleurs.

Puis on arrive dans un petit vallon le long d’un ruisseau ombragé très agréable et bucolique. On croise là de vieilles dames qui promènent leurs petits caniches et le contraste est assez saisissant entre ces personnes bien habillées et les randonneurs sales que nous sommes.

Puis on traverse à nouveau de vastes plaines pour arriver au fameux Eagle rock qui est un amas de roches naturelles laissant deviner la forme d’un aigle dont les Américains ne sont pas peu fiers. C’est un peu comme si nous avions chez nous des pierres qui dessinaient la forme d’un coq. Mais cela semble physiquement peu probable…  

Le chemin serpente ensuite en montant le long d’un ruisseau et de forêts de chênes (j’en profite pour pique niquer le long d’un ruisseau) pour enfin laisser place à une ascension aride et raide qui va durer 3h encore. À  la fin de la journée je plante ma tente dans un campement qui n’est pas des plus jolis mais la fatigue fait que ce sera ici et pas plus loin.


J8 (4 mai) : Mile 122 à 145,4

Le chemin commence par une petite montée puis une grande descente qui nous fait passer de 5200 pieds à 3200.  

En bas, on serpente longuement dans le fond d’un canyon très chaud. Il y a peu d’eau aujourd’hui pour se ravitailler. Heureusement à 13h30 un trail magic nous attend au bord d’une piste avec des boissons et des oranges. J’en profite pour faire ma pause de midi. Ensuite on repart pour une ascension assez longue qui nous extrait du Canyon. Je pousse ma randonnée un peu plus loin que prévu sur les conseils avisés d’un de mes condisciples pour arriver à un campement assez réputé. Et là encore nous attend un trail magic avec des pommes de terre chaudes, des fruits et des boissons. Nous sommes assez nombreux à ce spot et tout le monde semble fatigué, boiteux et le dos courbé. Le spot est assez agréable et ensoleillé. La nuit sera bonne.  


J9 (5 mai) : Mile 145,4 à 164 + 2 Miles pour le café

La marche va alterner petite montée et descente pendant 2h puis je bifurque au croisement de la route pour me rendre au Paradise Valley café à 1 mile du PCT. Il s’agit d’un lieu prisé par les randonneurs pour venir prendre un petit déjeuner ou un hamburger. Pour moi ce sera petit déjeuner car il n’est que 9h30 du matin. Une heure plus tard je suis de retour sur le chemin qui va monter en longs lacets serrés dans la forêt pour passer de 4000 à 7000 pieds. En haut la vue est magnifique sur 360 degrés ; on voit toutes les montagnes alentours mais le vent commence à se lever fort et vu l’altitude il va me falloir trouver un campement protégé car la nuit s’annonce froide. La plupart des arbres ici son carbonisés à cause d’un incendie datant de quelques années. En fin de journée je finis par trouver un spot sous le vent assez protégé et idyllique. Je vais y passer la nuit en espérant que le vent se calme.


J10 (6 mai) : Mile 164 à 17 + 4,5 Miles de descente

Toute la nuit j’ai entendu le vent monter de plus en plus fort. Il vient atteindre mon campement et la tente est violemment secouée toute la nuit. Au réveil un épais brouillard m’entoure et tout est trempé. Je plie mes affaires rapidement. La tente est mouillée, il faudra trouver le temps de la faire sécher. Puis je pars à 7h directement sans me faire de café vu la température glaciale. Le chemin va encore monter jusqu’à près de 8000 pieds pour ensuite redescendre à 6000. C’est assez rocailleux et escarpé en descente. Vers 10h30 une nouvelle ascension s’annonce qui va être très longue alors que le vent reprend de plus belle et qu’une fine pluie tombe. Je ne vois pas le relief alentours mais c’est assez escarpé avec de grandes falaises rocheuses. Je me hisse péniblement, mes jambes me font mal et je suis fatigué. Je suis obligé de m’arrêter très régulièrement pour reprendre mes forces. J’arrive à un premier plateau à 8200 pieds et les premières plaques de neige font leur apparition. Le chemin remonte ensuite jusqu’à 8700 pieds et c’est maintenant de la neige qui tombe du ciel. Je suis trempé et fatigué. J’accélère le pas pour arriver à la jonction d’un chemin qui me fera descendre à Idyllwild 3000 pieds plus bas. La neige entre-temps s’est transformée en pluie abondante et j’arrive frigorifié dans le petit village montagnard d’Idyllwild vers 16h30. Je vais me reprendre une chambre d’hôtel pour la nuit afin de faire sécher toutes mes affaires et de prendre ma deuxième douche chaude du périple. Je fais sécher mes affaires dans la salle de bain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s